Sainte vicente maria

HISTORIQUE

Sainte Vicenta Maria López Vicuña a cherché et découvert la Volonté de Dieu dans sa vie… En 1876, répondant à l’appel de l’Esprit-Saint, elle fonde la Congrégation des Religieuses de Marie Immaculée.

Fondatrice des Religieuses de Marie Immaculée, elle est née à Cascante (Navarre, Espagne), en pleine « révolution industrielle ».

Elle passe son enfance et sa jeunesse à Madrid où ses parents l’ont envoyée à 10 ans pour parfaire son éducation avec sa tante. Mais elle y découvre aussi la solitude des jeunes filles de la campagne venues chercher du travail en ville.

Dès 1868, elle ressent clairement l’appel à se consacrer à Dieu, qui lui demande de venir en aide à ses chères « chicas »…

En 1876 elle fonde la Congrégation des Religieuses de Marie Immaculée, destinée à accueillir les jeunes, à leur offrir une formation, travailler à leur promotion et les aider à découvrir le Dessein de Dieu dans leur vie.

ORIGINE

Le commencement de l’action sociale et évangélisatrice de la Congrégation trouve son origine chez Don Manuel Maria et Doña Maria Eulalia Vicuña, oncles de notre fondatrice, touchés par le dénuement et la vulnérabilité des jeunes filles qui arrivaient de la campagne pour travailler comme domestiques à Madrid.

1847

Vicenta Maria López y Vicuña naît le 22 mars 1847 à Cascante, une petite ville de Navarre près de Tudela, dans une famille aisée et profondément chrétienne

1857

En 1857, ses parents l’envoient vivre chez son oncle et sa tante à Madrid où elle passera son enfance et sa jeunesse pour parfaire son éducation et compléter sa formation (cours de français, piano, peinture, doctrine chrétienne, etc.).
Mais, accompagnant sa tante Maria Eulalia Vicuña dans ses visites à l’hôpital, elle découvre aussi la solitude et le déracinement de ces jeunes « domestiques », qui perdent tout lorsqu’elles tombent malades et se retrouvent sans le moindre recours à leur sortie. C’est cette réalité, qu’elle commence à connaître de près, qui va changer sa vie

1868

Elle a 21 ans lorsque, répondant à l’appel du Saint-Esprit, elle décide de fonder la Congrégation des Religieuses de Marie Immaculée. En sortant de sa retraite de discernement et pour répondre à la question qu’on lui pose sur la décision prise, elle s’exclame : « Les jeunes filles ont gagné ! »

1876

La recherche continue du projet de Dieu pour sa vie, l’expérience spirituelle qui est la sienne de s’être sentie préservée par l’amour miséricordieux de Dieu et le constat plein de compassion de la situation des jeunes filles qui émigrent en ville, vivant dans une situation de précarité et d’abandon social, parviennent à vaincre les difficultés qu’elle rencontre, dont l’opposition de son père à ce projet qui semble insensé.
Fondant à Madrid la Congrégation des Religieuses de Marie Immaculée, Vicenta Maria donne sa vie pour préserver ces jeunes filles du mal et les faire grandir dans le Bien.
« J’en suis convaincue : ma vie est pour les jeunes »

1890

Elle prononce sa profession perpétuelle et, atteinte de tuberculose, elle meurt à Madrid le lendemain de Noël à seulement 43 ans

CANONISATION

Le 19 février 1950, elle est béatifiée par le pape Pie XII, puis canonisée par le pape Paul VI le 25 mai 1975

Aujourd’hui

Sa congrégation est présente sur quatre continents et le but de notre présence est toujours celui qu’elle nous a montré : accueillir les jeunes qui travaillent ou qui se préparent par leurs études à occuper une place dans la société, en les accompagnant dans leur cheminement de réalisation, en conformité avec l’enseignement du Christ.
Aux jeunes qui entrent en contact avec notre communauté, nous proposons une conception chrétienne de la vie et leur offrons un lieu d’accueil propice au partage et à leur développement intégral.

nos valeurs

Comme Vicenta Maria, nous voulons...

Discerner

… et décider en fonction de “… la gloire de Dieu la plus évidente et du plus grand besoin de l’époque”, en offrant notre vie à Dieu, pour l’amour et le service des jeunes.

Former

… les jeunes filles “afin qu’elles soient des semences d’Evangile dans les familles où elles travaillent” (RP 226D) ou sur leurs lieux de vie, pour une transformation de la société “de l’intérieur”.

Préserver

… chaque jeune du mal et de situations injustes qui pourraient nuire à leur vie, en essayant de les former à travers une pédagogie préventive.